Les amis des Bonobos en Europe

Les Amis des Bonobos en Europe a pour mission de faire connaitre le bonobo en Europe et de soutenir les actions de sauvegarde et de protection du bonobo de l’ONG Les Amis des Bonobos du Congo en République Démocratique du Congo.

L’association loi de 1901 a pour mission de faire connaitre le bonobo en Europe et de soutenir les actions de sauvegarde et de protection du BONOBO menées par l’ABC (l’association congolaise les Amis des Bonobos du Congo) en République Démocratique du Congo. Ces actions sont d’abord et surtout la prise en charge des bonobos orphelins au sanctuaire Lola ya bonobo, mais aussi les programmes éducatifs de l’ABC et la réintroduction de groupes de bonobos, réhabilités à Lola ya bonobo, dans une réserve tout spécialement créée dans la forêt primaire de la RDC, à Ekolo ya bonobo.

Les Amis des Bonobos en Europe (ABE) est une association reconnue d’intérêt général. A ce titre, l’ABE est autorisée à délivrer des reçus fiscaux, vous permettant une déduction d’impôt de 66% de votre don (dans la limite de 20% de votre revenu imposable global net). Vous donnez ainsi à l’association la possibilité d’agir 3 fois plus qu’il ne vous en coûte !!

L’ABE est gérée exclusivement par des bénévoles.

 

Le sanctuaire ne vit que grâce à vos dons!

€ 5 achète la paille des nids des bonobos pour une nuit ;
€ 10 fournit le lait de la Nursery pour une journée;
€ 25 nourrit un bonobo pendant une semaine ;
€ 75 finance une visite éducative de groupe scolaire au Sanctuaireu

Devenez un « amis des bonobos en Europe » : adhérez à l’ABE ! Parrainez un bonobo de la Nursery du sanctuaire ! Parlez des bonobos autour de vous! Offrez un don ou un parrainage en cadeau à vos proches et amis !

Parrainer un bonobo de Lola ya bonobo, c’est garantir son bien-être et celui de tous les bonobos du Sanctuaire.
Pour une contribution de €20 par mois pendant un an, vous recevrez:
– un certificat de parrainage;
– une photo électronique de votre protégé;
– des nouvelles de votre protégé deux fois par an

Votre 1er mois de parrainage vaut cotisation d’adhésion à l’ABE.

Le staff de Lola

Equipe médicale – santé des bonobos : Fanny MEHL, Anne-Marie NGALULA

Soigneurs et aides-soigneurs : Stany MOKANDO, Jean Claude MZUMBI, Philippe KUNAKA, N’dombé LUVUALU, Kadogo MANZAMBI, Paul NSALA, LOKULI.

Mamans de substitution (Nursery) : Henriette LUBONDO, Yvonne VELA, Micheline NZONZI, Espérance TSONA

Diététique : Benoit MULENGA, Alain MITETI

Hygiène et maintenance : Adolphe ZUKUKU, Makabi KINKANI, Pacha N’SIALA, Bernard NSANGU

Programme éducatif : Pierrot MBONZO, Blaise MBUAKI

Administration et sécurité : Hélène NDONGO, Sylvie KWABA, Douglas IBANDA, Freddy MAVUSU, Moussa, Robert, Constant

Prise en charge visiteurs : Jean-Lambert BOEKE, Didier MANZAMBI

Prendre soin des bonobos de Lola

Bonobos orphelins

Même si la nursery a connu un plus grand nombre de petits orphelins, les 7 petits bonobos n’arrêtent pas une seconde. C’est une nursery très féminine, très agitée: « ils font le désordre, des bêtises et se foutent de tout ». Si l’on en croit les mamans, celui qui a donné l’exemple pour semer le désordre c’est Vanga (parti en novembre chez les grands) : « il jetait de l’eau sur les visiteurs, mordait et tapait tout le monde ». Le don d’imitation bien affiné, Sake prend la relève: « tout ce que Vanga faisait, Sake le fait aussi ». Et Eleke dans tout ça, il suit Sake à un grands pas. Katako les yeux au ciel fait semblant de penser à autre chose, Waka observe attentivement les bêtises de son ainée, Masassi mord sans en avoir l’air. Les deux plus jeunes, Lukuru et Sandoa, sont toujours à la demande de calins mais manifestent déjà une certaine agilité et vivacité.

Les quatre mamans (humaines) de substitution qui s’occupent d’eux sont : Maman Henriette, Maman Espérance, Maman Micheline et Maman Yvonne.

Kole veut aller chez les grands

Depuis quelques temps notre nursery est divisée en deux : la petite et la grande sections. Kole, toujours en petite section nous fait bien comprendre son message.

Durant toute une semaine, il s’évade de son enclos et file vers celui de la grande section. En cours de route, il s’invite au repas de midi avec les visiteurs, chercheurs et la direction. Les Mamans en deviennent folles. Dès qu’elles arrivent pour récupérer l’évadé, il monte aux arbres et y reste le temps que bon lui semble… mais quelle surprise pour lui de monter, par chance, dans un manguier en fructification !!! Quel bonheur pour un petit bonobo !!!

Il n’aura fallu que quelques jours de plus avant de réaliser son souhait et le transférer chez les grands… accompagné de Sandoa !

Bonobos : mâles et femelles

La Nursery abritait 10 petits bonobos, 6 mâles et 4 femelles, tous orphelins rescapés du trafic de viande de brousse, tous plus turbulents les uns que les autres.

Les mâles : Kipolo (7 ans), Chibombo (6 ans), Kodoro et Lomako (4 ans), Oshwe II (3 ans) et Ombwe (2 ans)

Les femelles : Lukuru (6 ans), Sandoa (5 ans), Kananga (4 ans), Kindu II (3 ans)

Bonobos : Les grands

Les bonobos juvéniles et adultes sont organisés en trois groupes en fonction des affinités des bonobos et de leurs dynamiques sociales changeantes.  Chaque groupe évolue dans l’un des enclos de LOLA YA BONOBO, de grands espaces boisés d’environ 10 à 12 hectares, chacun avec ses aires de repas, ses abris de nuit et son enclos d’isolation pour les soins médicaux.

Depuis 2009, un enclos est affecté à la formation des bonobos candidats au relâcher. Cette formation équipe les bonobos à la vie autonome dans la forêt primaire du bassin du Congo et les habitue au suivi par les équipes de pisteurs de l’ABC.  Depuis 2009, une 15aine de bonobos, réhabilités à Lola ya Bonobo, ont été réintroduits à Ekolo ya Bonobo.

j

Que se passe-t-il quand les bonobos arrivent dans notre sanctuaire ?

La plupart de nos pensionnaires nous sont confiés par la ministère de l’environnement congolais après leur saisie auprès de trafiquants, ou remis volontairement par leurs prétendus « propriétaires » lorsqu’ils apprennent que le commerce et la détention des bonobos est illégale.m

Garder un bébé bonobo en vie est un défi. Garder toute une nursery en bonne santé tient du miracle ! 

La réhabilitation des petits orphelins, lorsqu’ils arrivent au sanctuaire, commence par un bilan médical complet. Les bébés arrivent généralement en très mauvais état, malnutris, épuisés par leur long voyage depuis la forêt, souvent mutilés pour des pratiques et potions magiques. Les bonobos sont extrêmement fragiles et leur survie dépend du traitement rigoureux et rapide de leurs pathologies – réelles ou suspectées ! En plus du coordinateur scientifique du Sanctuaire, nous employons une infirmière et deux vétérinaires à temps plein.

La prise en charge psychologique des bébés orphelins est tout aussi cruciale : tous les traitements au monde ne sauveront pas un bébé bonobo s’il a perdu l’envie de vivre ! Les bonobos qui arrivent sont souvent extrêmement traumatisés et nous avons perdu plus d’un orphelin à cause d’un stress insurmontable. Pour combattre ce stress, les petits sont immédiatement confiés à une maman (humaine) de substitution, qui leur donne tout l’amour et le réconfort dont ils ont besoin pour survivre. Lola ya Bonobo emploie quatre mamans de substitution pour s’occuper des nombreux petits de la Nursery.

À l’âge de 5 ou 6 ans, si les petits sont en assez bonne condition physique et en confiance, nous les introduisons dans l’un des groupes d’adolescents et d’adultes.

Pourquoi un sanctuaire?

La vente et la détention des bonobos sont illégales. Sans un sanctuaire où recueillir les bébés bonobos – rendus orphelins lorsque leurs mamans sont tuées pour leur viande et confisqués par les inspecteurs de l’environnement alors que les braconniers essayent de les vendre comme animaux de compagnie – il serait impossible de faire respecter cette loi.

Les sanctuaires ont aussi une vocation pédagogique envers les populations locales, en particulier les populations urbaines, principales consommatrices de viande de brousse. Si les sanctuaires peuvent permettre aux populations locales de mieux connaitre les bonobos –de les apprécier comme les animaux rares et merveilleux qu’ils sont – peut-être la demande de viande de brousse ira-t-elle en décroissant.o

Un extrait de la présentation de Claudine André à la conférence sur les Grands Singes en Malaisie, 1998

‘Pendant mes années de volontariat au Jardin Zoologique de Kinshasa, j’ai été frappée par l’impact formidable que les animaux avaient sur les enfants et sur leur entourage. Leur curiosité, leur désir d’apprendre, m’ont convaincue que le contact direct avec les animaux était la meilleure solution. La plupart des gens des villes de mon pays, la République Démocratique du Congo, n’ont pas d’argent pour aller visiter les animaux protégés dans les grands parcs nationaux. Sans les zoos et les sanctuaires, les Congolais n’auraient jamais la chance de voir les animaux qui peuplent leur propre pays. (…) Dans un sanctuaire, les petits qui ont été arrachés à leurs mères et qui étaient condamnés à une vie d’orphelins, ces petits peuvent aider à l’éducation des visiteurs qui passent par là, et à garder l’espoir de préserver les bonobos sauvages de notre pays. » Claudine André

Claudine André

hRien n’avait préparé Claudine à ce rôle de protectrice des bonobos. ‘Ma première école a été la forêt’, confie-t-elle. ‘Enfant, je suis arrivée au Congo dans les valises de mon père, qui était vétérinaire. Il m’a donné la chance de découvrir l’harmonie avec la nature, l’équilibre entre la terre, les hommes et les animaux.’

Les grandes passions de Claudine ? Les volcans et l’art africain… Et plus tard son mari, Victor! Toujours à la recherche d’objets rares, elle tient d’abord une boutique de luxe tout en s’occupant de ses 5 enfants. Mais viennent la guerre civile et les pillages qui ravagent le pays à la fin des années 1990. En pleine tourmente, Claudine échappe de peu aux balles des belligérants.

En 1993, un bébé bonobo change la vie de Claudine pour toujours : Mikeno est déposé au zoo de Kinshasa, où elle travaillait comme volontaire. La direction du zoo met Claudine en garde : il a peu de chances de survie. Mais Claudine relève le défi et s’attache à le sauver. C’est ainsi qu’elle se jette dans une aventure qui ne s’est plus arrêtée.

Après Mikeno, d’autres suivirent, de plus en plus nombreux. En 1998, le « Sanctuaire-Nursery » est créé sur le campus de l’Ecole Américaine de Kinshasa (TASOK), où il restera pendant les quatre années de guerre. En 2002, avec 20 bonobos à sa charge, Claudine déménage dans 35 hectares de forêt à la périphérie de Kinshasa : Lola ya Bonobo est né.

Entourée d’une formidable équipe, Claudine voit son influence et sa réputation s’étendre bien au-delà du sanctuaire, à travers tout le Congo. Elle travaille inlassablement à l’éducation des populations congolaises pour leur faire découvrir, aimer et respecter les bonobos, cet héritage unique à la RDC, si proches de l’homme et si précieux, et pour leur faire réaliser la cruauté de la chasse et les risques sanitaires de la consommation de viande de brousse.

La réputation de Claudine ne s’arrête pas aux frontières du pays. En 2006, elle recevait le Prix Prince Laurent pour l’Environnement de la Belgique et l’Ordre National du Mérite de la France. Inlassable, elle fait régulièrement des conférences à travers le monde pour faire connaitre le BONOBO et alerter l’opinion publique pour sa protection avant qu’il ne soit trop tard.

Lola Ya Bonobo: Le Paradis des Bonobos

Bienvenue à Lola ya Bonobo! En lingala, la langue locale, ‘lola’ signifie le ciel, le paradis, un endroit sacré où l’on n’aura plus jamais peur, ni faim, ni soif. Lola ya Bonobo c’est ‘le paradis des bonobos .

Lola ya bonobo est ouvert aux visiteurs du mardi au dimanche, de 10 heures à 16 heures.

Bonobo femelle : singe le plus intelligent du monde ?

Quel est le singe le plus intelligent du monde ?

Souhaitez-vous connaître le singe le plus doué de la planète ? Eh bien, il s’agit du bonobo femelle. Celui-ci a remporté la victoire à l’issue d’un concours (organisé il y a quelques années) qui a opposé des bonobos à des chimpanzés. Vous allez découvrir dans cet article de quoi sont capables ces animaux éveillés.

Un bonobo femelle, sacré singe le plus intelligent au monde

Il y a quelques années, suite à un concours organisé par des zoos Belges, un bonobo singe femelle a remporté la victoire. L’objectif du concours était de déterminer le singe le plus intelligent de la planète. Le résultat a surpris des primatologues car le bonobo femelle a défié des chimpanzés mâles. L’on voyait en celui-ci : persévérance et patience. Depuis, l’on était convaincu de l’intelligence des bonobos. A titre informatif, ce concours ayant vu l’opposition des chimpanzés du zoo d’Anvers aux bonobos du zoo de Planckendael, à Malines, a été organisé à partir du jeu télévisé de la chaîne publique flamande VRT qui est un programme très célèbre en Belgique. Ce jeu télévisé s’intitule : L’homme le plus intelligent du monde. Les bonobos en sont sortis victorieux de cette confrontation tournée et présentée par la Société royale de Zoologie d’Anvers.

Les bonobos : une race de singe très intelligente

La capacité intellectuelle de cette race de singe ne laisse pas indifférent. En effet, une psychologue venant des Etats-Unis, dans l’Iowa, a fait apprendre à un bonobo mâle âgé de 26 ans appelé Kanzi l’usage de 348 symboles d’un clavier. Cela entrait dans le cadre d’un examen de l’aptitude des bonobos à appréhender le langage des hommes. Le bonobo a appris à ordonner ces symboles dans ce que les spécialistes de la linguistique nomment une « proto-grammaire ». Notons que ces symboles se référaient à des activités prisées (les chatouilles, la poursuite…), à de simples objets/sujets (la boule, le ventre, la clé, le yaourt…) et même à quelques concepts jugés assez non concrets (ce qui est mal, le présent…). La spécialiste en psychologie certifie que le bonobo, singe intelligent, saisit également 3 000 mots anglais parlés, ne faisant certainement pas partie du glossaire de son clavier. Aussi, ajoute-t-elle que l’animal peut s’exprimer oralement et répliquer correctement aux commandes (en anglais) comme « mets tel objet au-dehors » ou « place dans l’eau le savon ».

Le secret des bonobos femelles

Tout d’abord sachez que les bonobos sont des singes qui ont une structure sociale singulière, comme il s’agit d’un matriarcat. Les femelles prennent la décision, en groupe, de l’organisation de leur société, qui n’est pas commandée par les mâles, ce qui est une dérogation parmi les grands singes. Ensuite, dans cette société matriarcale de ces grands singes intelligents, les femelles captives ont leurs menstruations ensemble. Et il en est de même pour leurs soigneuses. Très curieux ! Enfin, au sujet de la ménopause, les bonobos femelles n’en sont pas sujets car celle-ci n’existe que chez les êtres humains.

Comment visiter le Lola Ya Bonobo : prix, demande séjour ?

Faire la découverte du sanctuaire de Lola Ya Bonobo

Lola Ya Bonobo est le seul sanctuaire au monde où vous pourrez rencontrer la race de singe qu’est le bonobo. Le sanctuaire ne se trouve à25 km de la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), Kinshasa, dans un super environnement boisé. Mais comment visiter Lola Ya Bonobo ? Les details dans cet article!

Visiter le sanctuaire de Lola Ya Bonobo : les différents tarifs à connaître

Le sanctuaire de Lola Ya Bonobo ouvre ses portes du mardi au dimanche, tout au long de l’année. Si vous souhaitez voir le sanctuaire, votre visite guidée s’effectuera en une heure environ. Vous serez accompagné par des professionnels du domaine qui vous apporteront des réponses à toutes vos questions. Pour les départs de visite, vous aurez le choix entre : 10h00, 11h30, 13h00 et 14h30. Après avoir reçu votre ticket d’entrée, vous allez vous rendre à l’entrée du sanctuaire. Les tarifs de visite sont de 5 dollars pour les résidents de la RDC et de 10 dollars pour les non-résidents. Par contre les enfants de moins de 12 ans, eux, bénéficient d’une visite gratuite. Par ailleurs, déjeuner au sanctuaire est aussi possible. Pour cela, le forfait est de 45 dollars/pers. Ce tarif comprend la visite guidée et le déjeuner avec deux boissons. Vous pouvez également opter pour une adhésion annuelle avec laquelle vous payerez 100 dollars. Cette offre vous permet de visiter le sanctuaire gratuitement pendant un an et de faire un tour en bateau en exclusivité. Vous serez, pour cela, accompagné par les soigneurs des bonobos durant leur nourrissage. Ce serait vraiment pour vous une parfaite expérience au plus près de ces animaux. Enfin, sachez qu’au prix de visite de 150 dollars, vous pouvez bénéficier d’un transfert en voiture entre Kinshasa et le sanctuaire.

Ce qui vous attend pendant votre séjour au sanctuaire deLola Ya Bonobo

Etudiants, scientifiques, donateurs ou simples visiteurs, Lola Ya Bonobo vous ouvre ses portes. Dans le domaine, vous pourrez faire de l’éco-tourisme ou tout simplement une découverte de la vie au sanctuaire, du travail de l’équipe de conservation de la nature, d’éducation et d’appui à la population locale. Venir sur place visiter Lola Ya Bonobo sera pour vous une bonne occasion de découvrir les projets de l’organisation et de vous habituer à la manière de vivre des bonobos que vous pourrez voir en groupe, semi-libérés dans de vastes espaces naturels, et d’observer les jeunes orphelins s’amuser dans leur pouponnière. La RDC n’est certes pas une destination touristique très prisée des globe-trotters. Néanmoins, le domaine accueille depuis plusieurs années des centaines de visiteurs ainsi que ses membres. Ceux-ci viennent de très loin pour une experience hors pair avec ces animaux. Lola Ya Bonobo vous permet de profiter de conditions d’hébergement confortables (avec un séjour maximum de deux semaines) et de services de qualité. Dès votre arrivée, il vous sera proposé un planning d’activités vous permettant de découvrir la vie au sein du domaine. Sachez enfin qu’en séjournant au sanctuaire, vous prenez part activement à la protection de cette race de singe.

Comment effectuer une demande de séjour au sanctuaire de Lola Ya Bonobo

Si vous voulez visiter LolaYa Bonobo, la procedure à suivre est très simple. Vous aurez, dans un premier temps, à télécharger le document : Conditions de sejour_Lola_Ya_Bonobo.pdf.Vous y trouverez en détail des renseignements sur votre éco-tourisme dans le domaine de Lola Ya Bonobo. Pour de plus amples informations, vous aurez à lire le document : Venir au sanctuaire – Etape par Etape.pdf. Et étant donné qu’obtenir un visa pour la RDC demande 4 à 5 semaines, il vous est conseillé d’organiser votre séjour deux mois à l’avance, au moins. Après avoir lu les documents, vous retournerez les Conditions de séjour dûment remplies à l’adresse e-mail : abc_visiteur@yahoo.fr.Une personne se chargera de vous contacter afin de vous présenter la disponibilité des chambres à la date que vous aurez choisie, et d’effectuer votre réservation. Après cette étape, il vous faudra télécharger et compléter le Formulaire-d-arrivée.pdf qui va aider l’organisation à mettre au point tous les détails de votre voyage. Maintenant que vous avez les informations nécessaires ainsi que les prix de visite, planifiez votre séjour sans tarder.