Nouvelle orpheline: La confiscation de Boma

Le 5 février, nous recevons « en grande pompe » une petite femelle de 3 ans, convoyée jusqu’à Lola par une délégation BCI/APE ALLIANCE qui était partie procéder à sa saisie à Boma, une ville du Bas-Congo ; délégation accompagnée par toute la famille qui l’avait accueillie pourtant bien illégalement ! Beaucoup trop d’honneur à notre goût pour avoir enfreint la loi congolaise sur la détention des espèces en danger comme le Bonobo !

Comment s’est-elle retrouvée là ? En dehors de l’habitat des Bonobos ! Comme bien souvent, une grande partie de la malheureuse histoire des orphelins que nous faisons saisir officiellement, disparaît dans les nimbes des légendes contées par leur détenteur !

Boma nous est arrivée avec une toux bien grasse et un ventre ballonné causé par une nutrition mal appropriée. Elle est prise en charge par Maman Espérance qui l’accompagnera pour les années à venir à la Nursery. Lors de sa période de quarantaine, nous sommes heureux de constater que son ventre dégonfle presque à vue d’œil, parfait pour cette petite qui raffole des pousses de « beyas », aliment que l’on trouve dans l’habitat naturel des bonobos.

Boma à son arrivée

j

p

Boma un peu plus tard…

p

Sa période de quarantaine finie, Boma a rejoint la petite nursery. Les premiers contacts avec les nouveaux camarades se passent bien même si elle ne lâche pas sa maman de substitution… et comme toujours chez les bonobos, l’accueil de cette nouvelle commence avec les « câlins ».m