Le petit journal du sanctuaire -Partie 1

Cet avant-goût de la vie à LOLA YA BONOBO n’a fait qu’attiser votre faim? Plongez-vous donc dans le Petit Journal du Sanctuaire (renommé « PLANETE BONOBO » début 2009 pour refléter l’expansion de nos activités à EKOLO YA BONOBO, le site du relâcher).  Le Journal documente la vie quotidienne des bonobos et du personnel de l’ABC, nos joies et nos peines, les défis et les succès, et toujours beaucoup de sourires.

Début 2010, nous décidions de discontinuer la publication du Petit Journal et de vous tenir au courant plus régulièrement par le biais de notre blog.  (Voir section Actualités.) Pour un résumé des grands développements de l’année, consultez nos rapports annuels, toujours agrémentés de photos de circonstance, postés ci-dessus.

Les vœux de Claudine

Dans cette lettre de fin d’année, Claudine vous présente les grands développements de l’année 2010 et vous annonce les projets 2011…
m
« Si notre année 2009 avait surtout été marquée par l’évènement du retour à la vie sauvage d’un groupe de bonobos de « Lola ya Bonobo » dans la forêt d’« Ekolo ya Bonobo » à Basankusu, l’année 2010 a été l’année de toutes leurs audaces dans la forêt ! Ils sont partis de plus en plus loin à la découverte d’« Ekolo ya bonobo » (« le pays des bonobos » en langue locale), tout en vivant en harmonie avec le bio-rythme  de ce nouvel environnement : La montée des eaux, le pic de fructification, la décrue… donnant ainsi, il faut le dire, de belles frayeurs à Suzy et aux pisteurs ! Mais aujourd’hui, nous pouvons vous l’affirmer : Leur réintroduction est un succès !…. »

PLANÈTE BONOBO n°5 (Petit Journal n.47) – octobre-décembre 2009

Fanny et moi, jouons de malchance ! Nous voilà bien enrhumées et notre rêve d’accompagner Suzy et les traqueurs dans la forêt d’Ekolo s’envole avec nos éternuements ! Nous nous contenterons cette fois d’observer les bonobos depuis la pirogue quand par chance ils viendront à la rivière.

k

Suzy et les traqueurs n’ont pas la tâche facile ! La montée annuelle des eaux est presque à son paroxysme. Ils suivent dans l’eau, parfois jusqu’à la taille, des bonobos qui, eux, se  déplacent facilement sur la canopée allant de zone en zone de terres fermes. Nous les retrouvons souvent en fin de journée, quand les bonobos se décident à nicher, trempés jusqu’à la taille ! La hauteur de leurs bottes devient presque un handicap !

La mésaventure de Béni

Soudain, un mardi vers 16h, nous recevons un appel de Suzy : « Beni a une très forte entaille au creux de l’avant-bras. L’hémorragie n’est pas importante, mais la plaie a l’air profonde. Béni a mis son bras droit en écharpe, les autres bonobos viennent lécher la plaie, ils font mouvement vers la plage de Mombengele. »

Planete bonobo n.5 vous présente le travail des traqueurs ou « éco-guides » à EKOLO YA BONOBO, l’appui aux populations locales, l’adaptation des bonobos relâchés… mais aussi la préparation à LOLA YA BONOBO d’un nouveau groupe de bonobos candidats à la réintroduction. Sans oublier les développements à la nursery en cette fin d’année, la saisie de Kinsuka, l’accident de Vanga, la naissance de « Bomengo ya lola » et la fête de Noel du Sanctuaire…

 

PLANÈTE BONOBO n°4 (Petit Journal n.46) – juillet-septembre 2009

Revoilà notre bel athlète en plein entraînement ! Mais cette fois, les évasions sont vraiment fréquentes et fort dérangeantes ! Empêchant les visites du sanctuaire, et particulièrement les visites des écoles de vacances si chères à Pierrot et à Blaise.
k

 

Les évasions de Tatango

Une lutte sans merci s’est engagée entre Pierrot et lui. Dépité, Pierrot n’acceptera jamais la défaite, dit-il « Lui, c’est le singe, tout grand qu’il soit… ! Et moi, l’humain ! Nous irons donc à la victoire ! »Le Planete Bonobo n.4, c’est aussi l’arrivée de deux orphelins Lomako et de Kodoro, la visite de Dominique, l’Assemblée Générale avec les Pôo, Mathieu et les CDV, et bien plus…

PLANÈTE BONOBO n°3 : Journal du Relâcher (juin 2009)


Allo !? C’est Mary ! C’est Brian, c’est Nicole, c’est Christine, Marie, Anne…» « Comment te sens-tu à la veille du grand départ ? Je voulais te souhaiter bonne chance ! Vous dire combien nous sommes avec vous et avec les 9 premiers bonobos candidats au départ, etc., etc ! »

Vous avez été si nombreux, qui par téléphone, qui par courriel se sont inquiétés de nous et montré si solidaires ! Merci à tous !Comment je me sens ? Mais comme doit, sans doute, se sentir un père qui passe le bras de sa fille au bras d’un autre homme qui lui donnera une nouvelle vie. Il se pose certainement mille questions pareilles aux miennes ! Pourront-ils être aussi heureux qu’avec nous … ? Mais aussi : quelle joie de leur donner une nouvelle vie … ! Pour nos bonobos, enfin les rendre à la forêt ! Penser que dans quelques jours, ils découvriront avec nous la forêt de leurs ancêtres ! Des émotions mêlées de bonheur et d’anxiété ! C’est tout simplement ça, mon état d’esprit !

j

PLANÈTE BONOBO n°2 (Petit Journal n.44) – avril-mai 2009 

La mort de Leki

Je regarde Semendwa au fond des yeux, ou plutôt, c’est elle qui me regarde au fond de l’âme… Elle tient dans les bras son bébé mort depuis hier. Elle ne le tient plus de la même manière, elle le détache d’elle, lui bouge les bras, le regarde, je sais qu’elle sait qu’il est mort. Hier encore elle le portait contre elle, il haletait, tentait de résister à ce terrible virus qui a déjà emporté trois autres bonobos de Lola  avant lui. Pauvre petit « Leki ya Elikya » !En lisant Planete Bonobo n.2, vous apprendrez aussi  le départ de Crispin, l’arrivée inespérée de nouveaux staff et les derniers préparatifs pour la réintroduction, le sauvetage in extremis d’un Château Margaux, le 10e anniversaire de PASA à Coloumbus (OH) et bien plus…

PLANÈTE BONOBO (Petit Journal n.43 ): janvier-fevrier-mars 2009

Mimia et son bébé

A notre retour de Basankusu, nous retrouvons Mimia dans l’enclos de la nursery en compagnie de tous les plus jeunes. Elle s’est drôlement « arrondie » ! Il faut dire qu’elle a un appétit d’enfer et qu’elle paresse de longues siestes durant en compagnie surtout de la petite Sandoa, très effrontée, qui se permet tout (c’est à dire : n’importe quoi ! ) auprès de Mimia. Tant mieux, me dis-je, en admirant la patience de Mimia avec la petite, elle va peut-être, cette fois, accepter son bébé ! Enfin le 20 janvier en fin de matinée, elle accouche d’un beau petit mâle… qu’elle laisse obstinément traîner sur le sol, malgré ses appels et mes suppliques ! Une tentative de le faire adopter par Bandundu, puis par Kalina, ne fera qu’affaiblir le tout petit. Nous le retirons de l’enclos, ne pouvant nous résoudre à l’abandonner à son triste sort. À partir de ce moment-là, celui que je redoute tant : « l’ange noir » va recommencer à assombrir le ciel de notre paradis.Ce trimestre a été difficile, la grippe nous ravissant plusieurs bonobos en mars. Pour finir sur une note plus gaie, découvrez en fin de journal des nouvelles de la Nursery préparées par notre grande amie Christine d’Hauthuille (Titi O pour ses amis) lors de sa visite à LOLA en janvier.

k