Comment se passent la sexualité et le plaisir sexuel chez les bonobos ?

Déroulement de l’accouplement des bonobos

Proches des chimpanzés communs, les bonobos se différencient surtout par une organisation sociale qui a recours à un bouc émissaire et aux relations sexuelles en vue d’un apaisement des tensions au sein de leurs groupes. Des informations captivantes sur la sexualité des bonobos sont évoquées ici. Découvrons-les pour enrichir nos connaissances.

Comportement sexuel des bonobos

Le bonobo appartient à la famille des « grands singes » sans queue, c’est-à-dire que sa physionomie se rapproche de celle de l’homme. Lorsque les femelles bonobos se livrent à une étreinte passionnée, leurs lèvres se retroussent dans un grand sourire, en poussant des cris acérés et excités, tandis qu’elles frottent leurs clitoris l’un contre l’autre avec ferveur. Par ailleurs, la masturbation représente aussi chez les femelles une activité courante qui n’aurait pas de sens si elles n’en tiraient aucun avantage. Pendant la sexualité de ces bonobos, on découvre des contractions rapides de l’utérus au point culminant des rapports sexuels et une accélération rapide des battements de cœur. Le bonobo est le seul animal à faire l’amour à la missionnaire, même s’il pratique plusieurs positions. C’est pourquoi, les pratiques sexuelles entre adultes du même sexe sont également courantes et même les plus jeunes sont aussi mis à contribution. Pour ces animaux, la sexualité contribue à l’apaisement des tensions.

Le rapport sexuel entre deux bonobos

D’une durée moyenne de 14 secondes, les rapports sexuels chez les bonobos sont fréquents. Ils engagent une activité sexuelle variée toutes les 90 minutes en moyenne. De ce fait, la sexualité des bonobos est totalement ouverte à toutes les relations, ceux-ci ne s’orientant pas vers un seul genre, un seul sexe. Par ailleurs, comme le primatologue Frans de Wal avait découvert chez ces primates une pratique de « l’escrime au pénis », par exemple, qui peut être comparée à la pratique du frottement entre deux pénis chez les humains, on peut dire que le bonobo serait l’un des mammifères à pratiquer le ventro-ventral (face-à-face) comme l’humain. De plus, pour cette race de singe, les activités sexuelles servent d’apaisement des tensions et des conflits au sein d’un groupe. Elles sont autant sources de plaisir personnel et signes d’affection.

La sexualité : résolution de conflits chez les bonobos

Chez les bonobos, les relations sexuelles sont plus souvent utilisées comme un instrument de résolution des conflits. D’après des études, presque les 3/4 de la sexualité entre les bonobos n’ont pas de fin reproductive mais plutôt sociale. Cette méthode d’accouplement s’appelle le « sexe convivial ». Un membre d’un groupe pratique ainsi des actes sexuels dans le but de plaire à un autre membre ou pour diminuer les tensions sociales, comme, par exemple, un individu subordonné qui pourra avoir recours à des actes sexuels pour apaiser un autre individu plus agressif ou plus fort. Les femelles bonobos hissent en permanence une vulve rose très enflée, visible de très loin et pas seulement en période de fécondité, ce qui affirme que la sexualité chez ces animaux ne se limite pas à la reproduction et les mâles sont toujours les bienvenus.